04 novembre 2007

Et beaucoup de vide autour

"Les vitrines des magasins de luxe à Paris -parfums, vêtements, chaussures- sont décorées de la même façon : un ou deux objets pas plus, exposés au regard des passants, et beaucoup de vide autour. On peut retrouver cet art du dépouillement dans les maisons bourgeoises et dans les appartements des intellectuels fortunés. Il ne suffit pas aux riches d'être riches. Il leur faut aussi voler à la pauvreté, les signes du dénuement et la sagesse des signes de l'austérité". Christian Bobin, Ressusciter, Gallimard, sept. 2001. ... [Lire la suite]
Posté par arreetricot à 22:59 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 août 2007

Valérie Rouzeau, Récipients d'air, Le temps qu'il fait, avril 2005. Des vieux Noëls des oies sauvages le vent la neige un limonaire Des peines des joies un parapluie une machine à coudre un nuage Quelques klaxons une libellule un potiron plusieurs tri- angles et quoi Qu'ai-je bien pu mettre dans mon grand rire
Posté par arreetricot à 23:34 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
23 juillet 2007

Attends, je finis mon rang...

Anny Duperey, Le Voile noir, Seuil 1992, p. 145-147                              "Ma mère-mystère... Je ne la vois pas. Elle m'échappe. Tout est flou et mon imagina­tion même glisse sur elle, impuissante. Un détail, pourtant. J'ai entendu dire d'elle - oh ! si peu de chose que je happai cette information au passage, un jour - qu'elle était gaie, chaleureuse, prompte au contact, aimant les amis, les fêtes. Et... [Lire la suite]
Posté par arreetricot à 17:19 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
21 juin 2007

En complément d'hier

  Au risque d'avoir l'air d'enfoncer le clou...
Posté par arreetricot à 10:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 juin 2007

Dire que j'ai une Citroën Saxo Bic...

"Quand on met un ouvrier à une place, on ne manque jamais une occasion de le remettre à sa place" , Robert Linhart, L'Etabli, Les Editions de Minuit, 1978-1981, p. 133. Je viens de le terminer. C'est une gifle. En septembre 68, l'auteur, qui vient de terminer ses études universitaires, se fait engager comme ouvrier sur le site de l'usine Choisy de Citroën. Il devient alors un "établi", c'est-à-dire, un intellectuel, qui, sous couvert de son statut d'ouvrier, a pour objectif d'organiser la résistance... [Lire la suite]
Posté par arreetricot à 20:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]