Dans la corbeille des délaissés, il y avait, depuis environ six mois, ce chauffe-épaules qui avait le grand tort de roulotter dans le bas du dos et aussi au niveau de la nuque. Comme c'est une laine tweedée, je n'arrivais pas à me décider à relever les mailles pour rajouter un bord en côtes. J'envisageais de découdre et de doubler d'un tissu que j'imaginais plutôt en soie (ben voyons !). Mais ce tissu, je n'ai pas réussi à mettre la main dessus. Donc, j'ai fini par me décider à reprendre mes aiguilles.

P1020908_edited  Modèle Salvador, extrait du catalogue Plassard n° 24. Je n'ai pas la date exacte de sa parution, mais si j'en crois le prix indiqué (35 francs), il est peut être du siècle passé. Comme de bien entendu, je n'ai pas utilisé le fils préconisé, mais l'Ego Tweed de Schachenmayr (56 % de laine). Elle se présente sous forme de pelote de 100 g et se tricote avec des aiguilles n° 7 (prix : 8.90 euros).

  P1020906_edited  On voit bien le petit décrochage que provoquent ces quelques rangs de côtes. Il aurait été judicieux de faire courir la bordure jusque sous les aisselles mais j'ai peur qu'à ce moment-là, ça me scie sous les bras.

P1020933_edited J'ai légèrement modifié le modèle d'origine en rajoutant une bordure un peu plus originale au niveau des poignets. Je n'en suis plus bien certaine, mais j'avais du piocher l'idée dans l'ouvrage de Nicky Epstein.

Outre le fait que c'est un accessoire très pratique à avoir dans sa garde-robe, ce modèle présente aussi un avantage non négligeable : il est permis de l'envisager dans la stratégie "éradiquons le stock de pelotes en souffrance" puisque 4 pelotes suffisent pour en venir à bout.